Il laboratorio


Accueil Il Laboratorio > Agenda des activités > archives

«Dire quasi la stessa cosa» : la traduction ou l'épreuve des langues

le 21 avril 2017
10h-12h30 salle F 315
14h-17h salle D 31

Journée d’étude sur «la traduction des concepts» et «le feuilletage linguistique»

rose_Eco.jpg

rose_Eco.jpg











► 10h –  Jean-Louis Fournel (Paris 8) : «Traduire la pensée politique florentine au temps des guerres d'Italie : les enjeux d'une pratique du XVI au XXI siècle»
► Débat-table ronde animé par Jean-Luc Nardone, Olivier Guerrier et Yves Lepestipon

► 14h – Christophe Mileschi (Paris 10) : «La traduction du plurilinguisme entre France et Italie au XX siècle»
► Débat-table ronde animé par Laura Brignon et Antonella Capra
► 16h30 – Conclusions et pistes de travail pour l’organisation de la prochaine rencontre autour de la traduction


Christophe Mileschi est actuellement professeur de littérature italienne contemporaine à l'université Paris Ouest Nanterre. Il a traduit, entre autres, Léonard de Vinci, Pier Paolo Pasolini, Dino Campana, Luigi Meneghello, Ascanio Celestini, Tino Caspanello, Alberto Moravia, et il est auteur de plusieurs essais, romans et recueils de poèmes.

Jean-Louis Fournel est Professeur à l’université Paris 8 Vincennes-Saint Denis. Ses travaux pour l’habilitation à la recherche concernaient Le gouvernement des mots et des choses dans l’Italie de la Renaissance. Auteur de nombreux essais, il a traduit en outre Savonarole, Machiavel, Guichardin, parmi d'autres auteurs (travaux).

Les thématiques. Si la traductibilité d’un texte «dépend de combien ce dernier est ancré dans sa propre culture, et par conséquent, de la distance, dans le temps et dans l’espace, qui sépare la culture source et la culture» (Snell-Hornby, 1995:41), son intraduisibilité repose sur les mêmes critères. Celle-ci apparaît lorsque le texte source met en évidence des différences ou un éloignement avec la culture cible tels qu’ils obligent le traducteur à combler un creux de sa propre langue ou de sa propre culture. En d’autres termes, lorsque le traducteur, de passeur-recréateur, doit se faire créateur. Deux nœuds thématiques seront introduits :
– «la traduction des concepts», qui amène à réfléchir aux techniques traductives qui peuvent être mises en jeu lorsqu'il n'existe pas en langue cible un terme qui couvre le même éventail sémantique qu'en langue source ;
– «le feuilletage linguistique» (plurilinguisme, langue «libre», langue brute), ou comment rendre en traduction l’expérimentation, voire l’invention linguistique mise en œuvre par les auteurs en langue source.

Contact :
Laura Brignon
Lieu(x) :
Toulouse - Campus du Mirail
Maison de la recherche salle F 315 et D31

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page